Accueil Contact Plan du site
Son abbaye Bénédictine > Le monument 

Le cellier

Accueil et boutique | La cour du Palais Vieux | La chapelle basse | Le cellier | La boulangerie | La sacristie | Le Transept Nord | La tour pré-romane | Le dortoir | La chapelle St Barthélémy | La Salle du Maître de Cabestany | La Salle des Gardes | Audiovisuels


cellier abbaye de Lagrasse
Cliquez pour agrandir

Le cellier

Cette vaste salle de 300 m2 servait probablement de cellier. Ici, le nombre d’ouvertures ainsi que l’imposante épaisseur des murs avaient été calculés pour garder une température constante entre 12 et 14°C .Ainsi pouvaient être conservés le vin et la nourriture. Une partie des vivres était également stockées dans les glacières de la Montagne Noire. On alternait dans ces trous percés à flan de montagne des couches de neige et de feuilles mortes afin de former de la glace.
En règle générale, le repas d’un moine se composait essentiellement de pain et de nombreux légumes parmi lesquels choux, pois, fèves, oignons, et le petrocillum (ancêtre de notre persil et céleri) alors supposé aphrodisiaque. Ils consommaient également beaucoup de poissons d’eau douce provenant de l’Orbieu ou de l’étang de Marseillette maintenant asséché, et de poissons de mer pêchés dans la méditerranée. Bien que la règle Bénédictine interdise formellement la consommation de viande de quadrupède, les archives concernant Lagrasse nous apprennent que les moines de l’abbaye chassaient et se régalaient de certains gibiers : cerfs, chevreuils, sangliers, et ours aperçus jusqu’au XVIIIè siècle.

© Mairie de Lagrasse
Mairie et Vie communale - Sa cité médiévale - Son abbaye Bénédictine - Actualités