Accueil Contact Plan du site
Son abbaye Bénédictine 

Historique


vue abbaye de Lagrasse

L’Abbaye Sainte Marie D’Orbieu
 
 
 
      Les origines de l’abbaye sont antérieures à la fin du VIIIème siècle. Une charte de Charlemagne rédigée en 779 est couramment désignée comme charte de fondation de l’abbaye Sainte Marie d’Orbieu. Ce document, le plus ancien sur l’abbaye, est conservé aux archives départementales de Carcassonne. Par cette charte, Charlemagne n’a fait que confirmer la fondation d’un monastère déjà existant. Son premier abbé fondateur, Nimphridius, ami de saint Benoît d’Aniane, est également nommé dans ce document.
      D’autre part, la légende de Philomena, manuscrit du XIIIème siècle, relate la fondation légendaire de l’abbaye par l’empereur Charlemagne et la consécration miraculeuse de l’église abbatiale par le Christ lui-même.

       L’intervention du futur empereur fut déterminante, car l’abbaye connut dès lors un développement extrêmement rapide, en particulier par une succession de donations importantes. Cette prospérité en fit une des abbayes les plus influentes du Sud de la France et sa situation géographique particulière, entre la France et l’Espagne, permit aux abbés de Lagrasse de jouer un rôle prépondérant dans les affaires politiques et religieuses du Midi.
La puissance politique de l’abbaye se révèle essentiellement au cours de la croisade contre les Albigeois : Benoît d’Alignan, abbé de Lagrasse de 1224 à 1230, joua souvent le rôle d’intermédiaire entre occupants et occupés. C’est lui qui obtint la soumission de Carcassonne au Roi (1226).
 
      Les donations provenant de riches seigneurs de la région et même des comtes de Barcelone, étaient constituées de terres, villages, châteaux, églises et monastères. On a dénombré 6 abbayes, 25 prieurés, 67 églises sur 7 diocèses et 91 places du royaume de France et du comté du Roussillon, ayant dépendu, à diverses époques, de l’abbaye de Lagrasse.
 
      Soixante-quatre abbés se succèderont à la tête de l’abbaye, du Moyen Âge à la Révolution.
      Nimfridius, archevêque de Narbonne, en fut le premier et le fondateur. Il adopte, pour Lagrasse, la règle de Saint Benoît de Nursie (bénédictins).
      L’abbaye connut son apogée à la fin du XIIIème siècle, sous l’impulsion d’Auger de Gogenx, abbé de 1279 à 1309. Ce réformateur rédigea un important statut en 1296.
      Les périodes troublées du XIVème siècle ralentissent le rayonnement de Lagrasse. En 1348, une épidémie de peste noire décima en grande partie sa population. Ces temps de désordres suscitèrent également la création d’une nouvelle réforme du monastère par l’abbé Guy Ier Du Breuil, en 1363.
      Un nouvel essor de l’activité artistique de Lagrasse est amorcé vers la fin du XVème siècle, sous l’abbatiat de Pierre d’Abzac de la Douze, avant d’entamer une phase de conflit avec la désignation d’abbés commendataires. L’usage de la commende s’établit définitivement avec l’abbé Philippe de Lévis, en 1502.
      Au XVIIème, suite à une longue période décadente, l’abbaye sera intégrée à la congrégation de Saint Maur, et la réforme qui en découlera pourtant acceptée difficilement par certains ecclésiastiques amènera un grand renouveau monastique à Lagrasse.
      Au XVIIIème siècle, Armand Bazin de Bezons, avant dernier abbé et évêque de Carcassonne, entreprend la construction du palais abbatial et du cloître actuels.
      A la Révolution, la communauté, qui ne dénombrait plus que 14 moines, fut dispersée. Les moines quitteront définitivement Lagrasse en 1792.  
      En 1796, l’abbaye fut partagée en deux lots et vendue aux enchères comme bien national. Cette division demeure encore de nos jours.
 

      La partie privée (aujourd’hui propriété de la Communauté des Chanoines Réguliers de la Mère de Dieu) fut occupée de 1896 à 1975  par une congrégation de religieuses qui se consacrait à l’hospitalité de vieillards.
Entre 1979 et 1989, la Communauté de la Théophanie y était installée.
           
     La partie que vous allez maintenant visiter, à l’est, correspondant à l’abbaye médiévale, était depuis le début du XXème siècle propriété des œuvres sociales des Médaillés Militaires qui y ont tenu un orphelinat jusqu’en 1981.
Aujourd’hui, c’est le Conseil Général de l’Aude qui en est propriétaire (depuis décembre 2004). L’accueil et les visites sont gérés par le Conseil Général de l'Aude depuis le 1er juin 2007.           
 

TéléchargerLa Légende de Philomena
Taille : 47 ko
 
plan-guide en français
Taille : 276 ko
 
plan-guide en anglais
Taille : 256 ko
 
plan-guide en castillan
Taille : 837 ko
 
plan-guide en néerlandais
Taille : 221 ko
 
© Mairie de Lagrasse
Mairie et Vie communale - Sa cité médiévale - Son abbaye Bénédictine - Actualités